Aujourd’hui je vous propose de faire le point de manière assez large sur l’employee advocacy. Cet article servira de base à une série de billets plus poussés qui reviendront dans les prochaines semaines/mois sur ce vaste sujet. C’est parti ! 😀

Concrètement, l’employee advocacy c’est le fait d’encourager et de donner aux collaborateurs les moyens de prendre la parole sur leur entreprise. Il ne s’agit ni plus ni moins que du concept de collaborateur ambassadeur. L’employee advocacy n’est pas une pratique récente puisque les collaborateurs ont toujours parlé de leur entreprise autour d’eux. Qu’il s’agisse de présenter son métier aux étudiants de son ancienne école, d’un déjeuner entre anciens collègues, d’un repas de famille ou d’une simple bière entre copains… Il y a toujours eu (bien avant l’arrivée de LinkedIn et des solutions d’advocacy) et il y aura toujours (du moins je vous le souhaite ?) des collaborateurs passionnés par leur boite/job et prêts à en parler ! L’enjeu principal de l’employee advocacy est de transposer cette pratique online, sur les médias sociaux, jusqu’à parfois… l’industrialiser !

employee advocacy programme ambassadeur

 

Employee advocacy : une promesse qui ferait rêver n’importe quelle boite !

Sur le papier, il faut avouer que le deal est plutôt séduisant pour l’entreprise.

Une alternative à la perte de confiance dans le discours institutionnel

À force d’être confronté à la communication traditionnelle, on constate une levée des boucliers marketing face à la publicité classique où l’entreprise parle d’elle même à ses consommateurs. La méfiance s’installe, du client jusqu’au candidat qui remet en question les valeurs affichées par l’entreprise. Pour regagner cette confiance, l’organisation joue la carte de l’authenticité et de la proximité en développant des partenariats avec des influenceurs toujours plus proches de ses utilisateurs, mais aussi et surtout en mettant en avant ses propres collaborateurs !

En effet, un message équivalent délivré par un collaborateur sur les médias sociaux aura beaucoup plus d’impact que si il est publié uniquement via la page entreprise. Quand un collaborateur s’exprime sur son entreprise, il se mouille publiquement auprès de son réseau. Si son réseau lui fait davantage confiance, c’est parce qu’il est convaincu par ce qu’il partage et souvent non rémunéré pour le faire au contraire de son collègue de la communication qui s’exprime à travers le logo de l’entreprise.

 

Le réseau des collaborateurs, une audience démultipliée

En parallèle, le réseau cumulé par l’ensemble des collaborateurs d’une entreprise n’est pas le même que celui de l’entreprise elle-même. C’est donc une audience élargie et privilégiée, via le collaborateur, qui s’ouvre potentiellement à elle. Ça ne signifie pas que vous toucherez tout le monde bien entendu, mais une partie intéressante sera rapidement atteignable. ?

 

L’employee advocacy comme véritable argument RH !

Je ne vais pas vous faire un dessin, au delà de la dimension business, c’est incontestablement un plus en matière de visibilité et de notoriété sur le plan RH. L’employee advocacy permet de réellement promouvoir sa marque employeur puisque ceux sont les collaborateurs eux-même qui incarnent, sur les médias sociaux, l’Expérience Collaborateur vécue en interne. Cette visibilité développe l’attractivité de l’entreprise vis-à-vis de potentiels candidats et facilite les actions de cooptation.

employee advocacy collaborateur ambassadeur

 

« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ! »

Si l’employee advocacy promet monts et merveilles, la montagne reste néanmoins difficile à gravir ! Soyons clair dès le départ, vous n’arrivez jamais à embarquer tout le monde. Le projet d’employee advocacy doit se développer étape par étape mais ne pourra fonctionner que si les personnes clés jouent le jeu.

Accompagner et être accompagné !

Les responsables du programme doivent accompagner et être accompagné par la direction. Le CODIR doit comprendre les enjeux pour devenir sponsor du projet, débloquer les moyens nécessaires et surtout jouer la carte de l’exemplarité. Je vous présenterai, sous forme de matrice lors d’un prochain article, les différentes catégories de collaborateurs ambassadeurs (qui ils sont, dans quel ordre et comment les mobiliser…), mais elle n’est pas encore terminée ! ?

 

La question du contenu

Permettre et inciter les collaborateurs à prendre la parole sur les médias sociaux peut se révéler compliqué au démarrage. En effet, les salariés risquent de ne pas être très inspirés sur ce qu’ils peuvent partager ou simplement ne pas oser prendre la parole sur certains sujets.

Quel article est-ce que je peux relayer ?
Où est-ce que je peux le trouver ?
Puis-je créer mon propre contenu ?
Ai-je le droit de parler de tel projet ?
Est-ce que je suis vraiment légitime pour m’exprimer sur tel sujet ?

C’est pourquoi il faut pré-mâcher le travail des ambassadeurs via une activité de curation de contenu. N’oublions pas qu’un ambassadeur reste avant tout un collaborateur qui doit tenir ses objectifs professionnels et n’a pas un temps illimité. Il ne pourra pas, en plus de son travail, partager du contenu et effectuer une veille approfondie. Ce travail devra être réalisé par des experts métiers et piloté par des personnes de la communication et des RH.

marque employeur

 

Respecter quelques règles d’or en matière d’employee advocacy

 

 

    • Ne misez pas tout sur les nouvelles générations. Si les jeunes passent de nombreuses heures sur les réseaux sociaux et en maitrise les codes, ils ne feront pas plus la promotion de entreprise que les autres. C’est surtout et avant tout une question de philosophie.

 

    • Formez vos collaborateurs ambassadeurs aux médias sociaux, assurez-vous que leurs profils renvoient une image professionnelle et qu’ils soient harmonisés. En formation, j’ai souvent constaté que ce n’est pas parce qu’une personne sait utiliser Facebook le week-end ou possède déjà un profil LinkedIn qu’elle en maitrise les codes et subtilités pour un usage professionnel. En parallèle, rendez-vous disponible et prévoyez des temps dédiés pour réunir vos ambassadeurs, favoriser le retour d’expérience et développer l’esprit de communauté.

 

    • Ne fliquer pas vos ambassadeurs, indiquer le cadre en précisant les bonnes pratiques comme par exemple le respect de la confidentialité. Faites leur confiance.

     

    Vous l’avez compris, le sujet est aussi vaste que complexe car il concerne tout le monde au sein de l’entreprise, peu importe la fonction et le niveau hiérarchique. Je m’arrête là pour aujourd’hui et vous donne rendez-vous d’ici peu pour aborder les différentes typologies d’ambassadeurs et la question fondamentale de leur engagement. 🙂

     

    Recrutement, Marque Employeur : suivez toute l’actualité #rmstouch !