Bonjour Guillaume, pouvez-vous nous dire comment est né Open Mind Innovation ?

En 2012, Ă  la suite de l’entrĂ©e de nouveaux actionnaires au capital de ma prĂ©cĂ©dente boite, du recul de l’activitĂ©, de la baisse du CA, de la pression des actionnaires, de l’arrivĂ©e compliquĂ©e de mon second enfant… j’ai frisĂ© le burnout durant 2 annĂ©es tragiques… DĂ©muni, je ne savais pas Ă  l’époque vers qui me tourner ni comment apprĂ©hender mon Ă©tat. J’ai vu ma crĂ©ativitĂ©, ma mĂ©moire, mon estime s’effondrer au point de craindre une maladie neuro-dĂ©gĂ©nĂ©rative. MĂŞme si on m’avait fait un bilan et prĂ©conisĂ© des solutions, j’aurais probablement Ă©tĂ© incapable de croire quiconque. Faute de preuve d’efficacitĂ© pour les actions proposĂ©es.

Quelques semaines après mon départ définitif de la boite (et du changement d’actionnaires), tout est pourtant redevenu comme avant.

En m’intĂ©ressant aux neurosciences cognitives, j’ai imaginĂ© que si nous mesurions et comprenions comment fonctionne chaque individu, nous pourrions lui recommander l’entraĂ®nement cognitif ou la pratique ancestrale la plus adaptĂ©e Ă  sa personnalitĂ©, Ă  sa situation et Ă  ses dispositions. Pour cela, il fallait commencer par une importante collecte de data et dĂ©passer la donnĂ©e dĂ©clarative ou subjective… Il fallait donc aller puiser des informations inconscientes ou objectives relatives Ă  l’individu et Ă  son comportement.

Guillaume Victor-Thomas

 

Ce projet possède-t-il une philosophie particulière ?

L’impact de l’innovation exponentielle sur notre monde, nos cultures et nos sociĂ©tĂ©s; nos changements d’usage des technologies de l’information; entraĂ®nent un hyper-stress qui affaiblit l’humain alors que nous entrons dans l’une des phases les plus critiques de notre Ă©volution.

Si le phĂ©nomène semble inĂ©luctable au niveau macro, nous pouvons repartir de l’individu et l’accompagner dans son Ă©volution personnelle. Quelque soit le neurotraining ou la remĂ©diation (en santĂ©) qui sont recommandĂ©s, nos services sont personnalisĂ©s et adaptĂ©s Ă  l’individu qui est notre client.

Nous lui devons une fidĂ©litĂ© sans faille dans la collecte, la manipulation, l’interprĂ©tation des donnĂ©es et des informations prĂ©cieuses qu’il a confiĂ© Ă  nos psychologues et coachs. Nous avons l’habitude de dire que nous sommes agnostiques en matière de dogme thĂ©orique et scientifique… En ce qui concerne les donnĂ©es personnelles de nos clients, nous sommes des moines guerriers.

Mesures du bilan d'Open Mind Innovation

 

Open Mind Innovation, c’est quoi et ça fonctionne comment exactement ?

Nous proposons une nouvelle gĂ©nĂ©ration de bilan. Ils intègrent des donnĂ©es neuro-physio-comportementales. Le bilan se dĂ©roule chez le client ou chez son coach, en 1h30. Au terme de la sĂ©ance, l’individu est plongĂ© dans 4 phases distinctes en rĂ©alitĂ© virtuelle, dont une phase de complex problem solving. Ă€ l’aide de capteurs, nous observons et analysons ses rĂ©actions… comme pour un cosmonaute. L’observation (en data-science) est le point de dĂ©part de la comprĂ©hension de chaque individu.

Le rĂ©sultat du bilan est dĂ©briefĂ© afin que l’individu puisse prendre conscience de son fonctionnement, de ses forces et de ses axes d’amĂ©liorations. Nous basons nos analyses selon un cadre thĂ©orique dĂ©fini par l’OMS et qui classe les soft skills en trois catĂ©gories : les fonctions cognitives (attention, inhibition, prise de dĂ©cision), la rĂ©gulation des Ă©motions (gestion du stress, rĂ©activitĂ©) et les compĂ©tences sociales (empathie, communication). Grâce Ă  cette observation, nous co-dĂ©finissons quels soft-skills il va devoir faire Ă©voluer pour booster sa carrière ou sa vie privĂ©e.

Pour qu’il puisse s’évaluer, se mettre en mouvement et s’entraîner, nous lui mettons à disposition une application mobile (disponible sous Android et iOS) dont le premier mois est entièrement personnalisé en fonction des résultats de nos tests scientifiques. Le coach le suit pour s’assurer qu’il ne se perde pas en route. Le premier enjeu est de démarrer, le second de rester assidu les premières semaines avant de ressentir les premiers effets.

Réalité Virtuelle Open Mind Innovation

 

Pour convaincre un client d’utiliser votre outil de bilan, vous lui dites quoi ?

Le client, l’individu n’est pas compliquĂ© Ă  convaincre.

Le payeur, l’entreprise, peut l’ĂŞtre. Alors nous parlons d’Ă©conomie. L’entreprise trouvera son compte Ă  encourager et dĂ©velopper l’efficience plutĂ´t que de contrĂ´ler la performance. Les chiffres sont Ă©loquents : l’absentĂ©isme coĂ»te plus de 4000 € en moyenne par salariĂ© et par an et sa première cause est la convenance personnelle. Le turnover qui n’a jamais Ă©tĂ© aussi haut au plan national touche 16,1% des effectifs. S’il s’agit du dĂ©part d’un cadre, il coĂ»tera l’équivalent de 2 annĂ©es de salaires chargĂ©es Ă  l’entreprise…

En comparaison, le prix de notre bilan et de l’annĂ©e d’abonnement Ă  l’application mobile sont dĂ©risoires. L’enjeu de compĂ©titivitĂ© et de stabilitĂ© pour l’employeur est tellement critique ! Le temps est donc venu d’assumer de soutenir ses salariĂ©s en “aveugle”.  Cela veut dire sans avoir accès Ă  ses donnĂ©es personnelles, ses scores, ses Ă©valuations et ses rĂ©sultats.

Nous sommes à contre pied des bilans opérationnels ou de recrutement. Il nous faut la plus profonde sincérité du collaborateur pour que les recommandations soient efficaces.

Stress et burnout au bureau

 

Guillaume, pouvez-vous nous en dire plus sur votre Ă©quipe ?

L’équipe est incroyable ! 20 passionnĂ©s qui utilisent les dernières technologies au service de l’humain. Il est fabuleux notamment de rĂ©ussir Ă  recruter et faire communiquer autant de spĂ©cialistes. Ils Ĺ“uvrent dans les neurosciences cognitives, les neurosciences sociales, le machine learning, le game design, la rĂ©alitĂ© virtuelle, la psychologie, la mĂ©ditation ou la musicologie. Et de voir l’attente immense qu’il y a pour ces technologies pionnières. Nous avons 9 PhD Ă  bord… ce qui fait de nous un vĂ©ritable centre de recherche privĂ©.

Experts scientifique Open Mind Innovation

 

Quel budget faut-il prévoir pour faire un bilan et accéder aux outils ?

C’est simple : 900 € HT pour un bilan puis 15 € HT par mois pour accĂ©der Ă  l’application mobile et Ă  ses contenus.

Et nous organisons souvent des journĂ©es de formation lorsqu’il s’agit d’intervenir sur une Ă©quipe de direction ou d’innovation, dont la prise en charge peut ĂŞtre nĂ©gociĂ©e avec l’OPCA.

 

Comment se passe précisément l’implantation d’Open Mind Innovation chez vos clients ?

Nous avons dĂ©marrĂ© en proposant nous mĂŞme de rĂ©aliser les bilans et les formations. DĂ©sormais nous ouvrons nos technologies Ă  des tiers. Les coachs par exemple viendront se faire former et certifier chez nous avant de pouvoir opĂ©rer directement avec leurs clients Ă  l’aide de notre technologie. Les premiers retours montrent une accĂ©lĂ©ration du processus de coaching, et un meilleur engagement des individus grâce Ă  la caution scientifique.

Nos premiers clients sont d’ailleurs des entreprises d’innovation. Rakuten France, AB Tasty ou Allianz Real Estate nous font confiance.

Mesures du bilan

Quelle est votre ambition pour les années à venir ?

Le lieu de travail monopolise le plus clair de notre temps Ă©veillĂ©… On sous-Ă©value encore trop l’impact que ce temps a sur notre santĂ© Ă  long terme. Nos objectifs sont ambitieux et pourtant rĂ©alistes : permettre Ă  chaque individu de travailler plus efficacement. C’est Ă  dire conserver de l’énergie pour sa vie privĂ©e ou sa vie de famille. Et bien sĂ»r le graal c’est de prĂ©server et maintenir sa santĂ© mentale, mais aussi gĂ©nĂ©rale tout au long de sa vie.

Neurosciences et fonctions cérébrales

 

Avant de nous quitter, avez-vous un dernier message Ă  faire passer ?

C’est un projet qui devrait en toute logique se dĂ©velopper en Californie. Pourtant nous avons des dispositifs et d’excellent chercheurs qui m’ont convaincu de rester ici. C’est un pari!

A Vivatech, un DRH d’un grand groupe me demandait comment et quand nous pourrions nous dĂ©ployer at-scale auprès de tous ses salariĂ©s… je lui ai simplement rĂ©pondu, dĂ©marrons tout de suite par un POC (Proof of Concept) sur quelques dizaines de salariĂ©s, et nous aurons la chance de toujours nous poser cette question dans quelques mois…

Innover sur un champ pionnier comme les neurotechnologies implique de convaincre au plus vite d’autres early adopters… Ce sont ces premiers qui nous donnent des chances de valider notre modèle Ă©conomique. Mais surtout ils permettent de dĂ©montrer la traction commerciale, de lever des fonds, puis de convaincre d’autres clients Ă  leur tour.

C’est ça notre rĂ©alitĂ© de startup. Et les ETI et Corporate peuvent soutenir l’innovation française en lui donnant sa chance.

Mesures cérébrales Open Mind Innovation

Et si vous voulez en savoir encore plus, regardez ce reportage de FrenchWeb sur cette startup promise Ă  un bel avenir :

 

Crédit photos : Open Mind Innovation, pixabay, FrenchWeb